Le Parc Monceau

Le parc Monceau est un jardin d’agrément parisien de style néo renaissance dont la construction remonte au XVIIe siècle, sous l’impulsion du duc de Chartres en collaboration avec le peintre et paysagiste Louis de Carmontelle. Il fut inauguré en 1775. Ce jardin romantique est l’un des plus élégants de Paris. Calme et agréable, il enchante le visiteur dès qu’il franchit la grille en fer forgé rehaussée d’or et fait le bonheur des joggeurs et des familles. Ses allées ne sont pas dépourvues de surprises que vous découvrirez au fil de cet article. Il est entouré par de nombreuses rues et avenues dont le percement est du aux frères Péreire. La plupart de ces voies portent des noms de grands peintres du XVIIe siècle :  avenue Velasquez, avenue Ruysdaël, avenue Van-Dyck, rue Rembrandt et rue Murillo.

Entrée principale du parc. Barrière de Chartres, ancien pavillon du mur des fermiers généraux de style néo-classique entouré d’un péristyle de 16 colonnes réalisé par Nicolas Ledoux.

Au détour des bosquets on découvre des statues en marbre d’écrivains et de musiciens comme Guy de Maupassant conçue par Verlet, Frédéric Chopin par Jacques Froment-Meurice, Charles Gounod et Alfred de Musset par Antonin Mercié, Ambroise Thomas par Alexandre Falguière ou Édouard Pailleron par Léopold Bernstamm. Claude Monet et Gustave Caillebotte réalisèrent plusieurs tableaux en s’inspirant de ce jardin qui sut séduire également des photographes comme Eugène Atget et Willy Ronis.

Des immeubles de luxe et des hôtels particuliers entourent le parc qui s’étale sur 1 km de circonférence et 8,2 ha et dispose de nombreux éléments décoratifs qui ornent les pelouses en créant un “pays d’illusions”.

On y découvre les reproductions d’une pyramide, d’une lanterne japonaise construite en 1786 et offerte par Tokyo à la ville de Paris en 1982 pour symboliser l’amitié entre les deux villes, un joli pont à l’italienne, des ruines féodales, un rocher installé pour l’Exposition Universelle de 1889 et sa cascade dont l’eau s’écoule dans une petite rivière qui alimente le bassin, ainsi que la folie anglo-chinoise réalisée au XVIIIe siècle par Louis Carrogis de Carmontelle pour le Duc de Chartres.

Philippe d’Orléans, le Duc de Chartres, était le Grand Maître du Grand Orient de France. Il est fort possible que des réunions secrètes et des rencontres à caractère initiatique se soient tenues à certains endroits du parc.

 Le bassin ovale est bordé d’une colonnade corinthienne provenant d’une église de l’ancienne Rotonde des Valois, édifice commandé par Catherine de Médicis pour accueillir le tombeau d‘Henri II à côté de la basilique de Saint-Denis et détruite en 1719. La Naumachie est la copie des bassins où se déroulaient des combats navals dans l’antiquité romaine. À proximité se dresse une grande arcade style Renaissance, relique de l’Hôtel de ville incendié en 1871.

Ne manquez pas d’observer les arbres qui peuplent ce jardin aux merveilles et arrêtez-vous devant ce fabuleux platane d’Orient (Platanus orientalis) planté en 1814 qui vous impressionnera avec ses 7 mètres de circonférence et une hauteur approximative de 31 mètres. On apprécie mieux sa majesté en hiver, lorsqu’il est dénudé et que ses nombreuses branches longues et tordues semblent vouloir embrasser les promeneurs. Il paraîtrait presque magique, comme échappé d’un conte de fées.

  • Platane d'Orient - Parc Monceau

Des aires de jeux sont réservées aux enfants qui ont le choix entre deux bacs à sable, balançoires, manège, espace roller, promenades à poney et théâtre de Guignol.

Le financier Pereire avait fait élever de nombreux hôtels particuliers sur les côtés Est, Sud et Ouest, notamment les musées Cernuschi (art asiatique) et Nissim de Camondo (XVIIIe siècle). Ils font aujourd’hui partie du prestige du quartier de la plaine Monceau, mais le parc fut dès lors amputé de moitié. Les dessins du parc furent modifiés une dernière fois par l’ingénieur Alphand, l’architecte Davioud et l’horticulteur Barillet-Deschamps, qui travaillèrent sous les ordres du baron Haussmann. En 1861, Napoléon III put enfin inaugurer le parc que nous connaissons actuellement.

Henri Cernuschi (1821-1896), légua à la Ville de Paris les collections d’art asiatique et son hôtel particulier situé à l’entrée du parc Monceau.

Le Musée Cernuschi – Musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris est consacré aux arts asiatiques et plus spécialement à ceux de l’Extrême-Orient, Chine, Japon, Corée et Vietnam. Il est situé avenue Velasquez devant l’entrée du Parc Monceau, en venant par le Boulevard Malesherbes.

On y découvre des poteries, jades, ivoires, bronzes, statuettes, ainsi qu’une belle collection de peintures contemporaines. Le musée propose également des lectures, rencontres littéraires, démonstrations de calligraphie et de peinture ainsi que des expositions sur l’art d’Extrême-Orient

Parc Monceau
35 Boulevard de Courcelles – Paris 8e
– Métro Monceau.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.