Notre-Dame de Paris

L’incendie dramatique de ce monument emblématique et rempli d’histoire cher au patrimoine français nous prive de la visiter. Je lui rends hommage à travers cet article afin que ceux qui ne l’ont jamais approchée aient un aperçu de ce qu’elle représente et de ce qu’elle était avant ce drame.

Ce chef d’œuvre de l’architecture gothique est le monument le plus visité de France et l’un des plus emblématiques de la capitale .

Située dans le centre historique de Paris, à l’extrémité de l’Ile de la Cité, sa construction débute au Moyen Âge sous l’impulsion de l’évêque Maurice de Sully en 1163 et s’achève au milieu du XVIe siècle.

Ce qui explique pourquoi le style ne présente pas une uniformité totale et que la cathédrale possède ainsi des caractères du gothique primitif (voûtes sexpartites de la nef) et du gothique rayonnant.

La cathédrale est essentiellement bâtie en pierre de taille provenant des anciennes carrières de Paris, situées dans le 5e arrondissement dans un premier temps (lors de la construction du chœur), puis plutôt dans le 12e arrondissement et à Charreton (lors de la construction de la nef).

La cathédrale compte trois grandes rosaces construites au XIIIème siècle et qui sont le fruit de véritables prouesses techniques et artistiques.
Les deux rosaces qui ornent chacun des bras du transept sont parmi les plus grandes d’Europe, et mesurent chacune treize mètres de diamètre.
Pour voir leur achèvement, le Roi Saint Louis retarda de quelques mois son départ pour la deuxième croisade, en 1270.
Il ne devait pas en revenir.
Lors de son achèvement, la cathédrale est l’une des plus grandes d’Occident.

La Porte rouge est la porte de communication privée entre la cathédrale et l’ex-enclos des chanoines, œuvre de Pierre de Montreuil qui date des environs de 1250.

Le portail Sainte-Anne, installé vers 1200 avant les deux autres portails de la façade comporte en son centre une merveilleuse Vierge à l’Enfant encore de style roman.

Le portail de la Vierge fut installé dans les années 1210-1220, après le portail Sainte-Anne et retrace, selon la tradition de l’Eglise, la mort de Marie, sa montée au Paradis et son couronnement en tant que reine du Ciel.

La chapelle Saint-Marcel est la septième chapelle du déambulatoire.
Elle contient à droite :
Le Monument de 1818 de Monseigneur de Belloy, archevêque (1802-1808)
Le Monument de Monseigneur de Quélen, archevêque (1821-1839), de dos.

Témoin authentique de plusieurs siècles de la musique, le grand orgue de Notre-Dame de Paris est l’un des rares instruments français qui permettent de servir avec sincérité et émotion de nombreux répertoires et de susciter la création à travers la composition musicale et l’improvisation.
Il compte 8000 tuyaux.

Outre ses superbes vitraux, et rosaces, les visiteurs peuvent tenter l’ascension des tours pour s’approcher des gargouilles et chimères qui contemplent et semblent veiller sur la capitale et ainsi profiter d’une vue unique sur Paris depuis sa flèche.

Le coq en haut de la flèche contient trois reliques : une parcelle de la Sainte Couronne d’épines, une relique de saint Denis et une de sainte Geneviève.

On peut terminer la visite en passant par la sacristie afin de découvrir le Trésor de la cathédrale.

Endommagée au cours de la Révolution Française, l’architecte Viollet-Le-Duc prend en charge sa restauration au XIXème siècle et y incorpore des éléments et des motifs inédits.

La Commune de 1871 faillit anéantir l’édifice. Des émeutiers mirent le feu à quelques bancs et chaises, mais l’incendie fut vite maîtrisé et ne causa que des dégâts très légers.

​Sa façade occidentale domine le parvis Notre-Dame – place Jean-Paul II et le point zéro situé sur le parvis permet de calculer les distances routières de France.

Elle est l’une des quatre basiliques mineures de Paris, élevée au rang de basilique mineure par le pape Pie VII le 3 mars 1852 et accueille aujourd’hui plus de 20 millions de visiteurs par an (dont 13,6 millions qui y sont entrés en 2011.

La cathédrale a été témoin de nombreux événements historiques importants :
Saint Louis, y dépose la couronne d’épines du Christ en 1239, en attendant l’achèvement de la construction de la Sainte-Chapelle.

Couronnement du roi Henri VI d’Angleterre en 1431, vers la fin de la guerre de Cent Ans (1337-1453), à l’âge de dix ans. Il ne fut jamais reconnu. Charles VII avait déjà été couronné roi de France en 1429 à Reims.

En 1456 a lieu l’ouverture du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc en 1456.

Napoléon Bonaparte s’y sacre empereur des Français, en présence du pape Pie VII le 2 décembre 1804.

Le 850 ème anniversaire de sa construction fut célébré du 12 décembre 2012 au 24 novembre 2013.

Le square Jean-XXIII, nommé en l’honneur du pape Jean XXIII, s’appelait auparavant square de l’Archevêché.

La statue de Charlemagne et ses Leudes érigée sur le parvis Notre-Dame, place Jean-Paul-II est l’œuvre des sculpteurs français Charles Rochet et Louis Rochet et du fondeur d’art : Fonderie Thiébaut Frères.

L’incendie de la cathédrale survenu le 15 avril 2019 causa des dégâts considérables et sema la stupeur et la tristesse en provoquant l’effondrement de la flèche conçue par Viollet-Leduc. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20190406_160031-scaled.jpg.

Statue de Charlemagne et ses leudes sur le parvis de Notre-Dame de Paris

Comment s’y rendre : Métro :

– Ligne 4 Station Cité ou Saint-Michel
Ligne 1, 11 Station Hôtel de Ville
Ligne 10 Station Maubert-Mutualité ou Cluny – La Sorbonne
Lignes 7, 11 et 14 Station Châtelet

Les travaux de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris suivent leur cours comme le montrent ces images prises début janvier 2020.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *